« Traduction, réception, transferts », Programme des journées d’étude internationales – 8-9 juin 2017

 « Traduction, réception, transferts »

Journées d’études internationales jeunes chercheurs

Laboratoire junior « Horizons comparatistes »

Centre de Recherche en Littérature comparée – Université Paris-Sorbonne

Jeudi 8 juin 2017

Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006 Paris, Salle D323

 

9h-9h30 – Accueil des participants

Session 1 : Traductions et réceptions du roman français en Europe de l’Est

9h30 – Youlia Maritchik-Sioli (doctorante, Université Grenoble Alpes) : « Marguerite Duras en Russie, ou les “chemins périlleux de la passion” »

9h50 – Veronika Labancová (doctorante, Université Constantin le Philosophe, Nitra, Slovaquie) : « L’expressivité et la poétique dans la traduction slovaque du roman Désert »

10h10 – Lilia Androsenko (doctorante, Université de Franche-Comté) : « La réception d’Eugénie Grandet d’Honoré de Balzac dans la Russie des XIXe-XXIe siècles : lire l’H/histoire à travers les traductions de Dostoïevski, Mandelstam et Verkhovski »

10h30 – discussion

11h – pause-café

Session 2 : La traduction et la réception à travers les époques

11h20 – Amélie Derome, (doctorante, Université d’Aix-Marseille) : « La réception des Voyages de Gulliver de Desfontaines au XIXe siècle : sursis ou survie ? »

11h40 – Julie Sandberg Kleiva, (docteure de l’Université d’Oslo, Norvège) : « Intertextualité bestiale d’Apulée à Asbjørnsen et Moe »

12h – discussion

12h30 – Déjeuner pour les conférenciers au Club des Enseignants de Paris-Sorbonne

Session 3 : Traduction et transferts littéraires

14h30 – Stéfanie Brändly (doctorante, Université de Lausanne, Suisse) : « Editeurs et traducteurs : un partenariat fécond pour les transferts littéraires. L’exemple de la Suisse romande »

14h50 – Stefania Caristia (Doctorante, Université Paris-Sorbonne) : « La traduction comme réception critique : le cas de la poésie française dans l’Italie de l’après- guerre »

15h10 – discussion

15h40 – pause-café

Session 4 : Le traducteur : lecteur, écrivain, créateur

16h – Shahane Avetyan (docteure de l’Université Paris Diderot) : « Milan Kundera et le retour par la traduction et l’auto-traduction »

16h20 – Maria Cristina Forte (docteure de l’Université de Cassino, Italie) : « Les œuvres à contrainte : traduction et réception. Le cas Georges Perec »

16h40 – Bernard Evans (doctorant, Université Paris Sorbonne) : « Problèmes de traduction : la Vérité »

17h – discussion

 

 

Vendredi 9 juin

Université Paris-Sorbonne, 1 rue Victor Cousin – Salle F40

 

Session 5 : Traduire le théâtre

9h30 – Laura Fólica, (docteure de l’Université Pompeu Fabra, Barcelone, Espagne) : « Quand dire ce n’est pas faire : les traductions espagnoles d’Ubu roi d’Alfred Jarry »

9h50 – Philippe-Alexandre Gonçalves, (doctorant, Université Lille 3- Université de Porto) : « La traduction des œuvres de Gil Vicente en France »

10h10 – discussion

10h40 – pause-café

Session 6 : La traduction interne : équivalences, transpositions et transferts culturels

11h00 – Akihiko Betchaku (docteur de l’Université de Bretagne Occidentale) : « Transposition ou traduction ? — adaptation par Auguste Brizeux de la chanson folklorique en langue bretonne à la poésie française »

11h20 – Djihed Charef (doctorant, INALCO Paris) : « Les enjeux de la traduction interne : le cas de la littérature algérienne »

11h40 – Amina Bensalah (doctorante, Université Mohammed I, Oujda, Maroc) : « La traduction et le cinéma : l’équivalence et le transfert culturel dans les sous- titrages français des films d’auteurs marocains »

12h – Discussion et clôture

Appel à communications: journée d’étude jeunes chercheurs

« Traduction, réception, transferts »

Journée d’étude jeunes chercheurs – Laboratoire junior « Horizons comparatistes » / Centre de Recherche en Littérature comparée (Université Paris-Sorbonne)

Jeudi 8 juin 2017

Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006 Paris

 

L’œuvre traduite, « Produit de trois opérations fondamentales qui la métamorphosent – la transposition linguistique, le transfert culturel et la réappropriation étrangère » (Risterucci, 2008) se situe dans un processus complexe aux facettes multiples, auquel prennent part tant le traducteur que d’autres acteurs du transfert littéraire : éditeurs, critiques, agents, lecteurs. La traduction, tout comme la réception des œuvres étrangères, est un déplacement des œuvres dans un autre champ littéraire que celui d’origine, une « appropriation » de la littérature étrangère, à laquelle correspond une « transmutation sémantique » (Espagne, 2009).

Depuis les années soixante-dix, la traductologie a connu un vrai essor et les approches se sont multipliées. Parallèlement, les études comparatistes de réception se sont alimentées des contributions provenant des recherches en sociologie de la littérature et en histoire culturelle. En se nourrissant des acquis d’autres disciplines, les études de traduction et de réception enrichissent à leur tour de leurs pratiques et de leurs concepts d’autres domaines de recherche. Selon l’aspect sur lequel on met l’accent, la traduction est alternativement conçue comme un échange, une communication linguistique et culturelle, une opération critique ou intertextuelle, une « transposition créatrice » (Berman, 1984), une importation, une opération culturelle, économique et sociale, inscrite dans un contexte historico-social défini et dépendant des rapports de force et d’hégémonie à l’échelle internationale (Casanova, 2002 ; Sapiro, 2008). Néanmoins, conçue en tant que transfert, la traduction littéraire fait partie d’une série d’opérations qui vont de la sélection des textes aux choix de traduction, de la diffusion des œuvres à leur réception dans un système littéraire autre que celui de production, dans lequel elles prennent une position précise et déterminée par l’état du système d’accueil (Even-zohar, 1990).

Le traducteur, défini comme auteur, médiateur, passeur, importateur (Wilfert-Portal, 2002), est à la fois lecteur et écrivain, situé et conditionné par son horizon traductif (Berman, 1995). Traduisant moins une langue qu’une œuvre, il est doté d’une subjectivité, qu’il engage dans ses choix traductifs et dans son approche critique au texte. Écrivant pour des lecteurs autres que le public primaire de l’œuvre, inséré dans un contexte déterminé, il offre à son public une première lecture critique-interprétative des œuvres étrangères, en orientant la réception. En même temps, la réception par la presse et par la critique universitaire peut conditionner les choix des traducteurs et des éditeurs, en imposant une lecture déterminée des œuvres étrangères.

La traduction et la réception des littératures étrangères apparaissent comme deux phénomènes clés des transferts littéraires, s’entrelaçant et s’influençant réciproquement.

Dans le cadre du séminaire de doctorants « Traduction, réception, transferts », on se propose d’interroger les manières dont ces deux phénomènes s’influencent : la pratique de la traduction et de la retraduction d’œuvres littéraires révèle-t-elle des évolutions (ou des invariables) dans l’histoire de leur réception critique ? La réception critique d’œuvres étrangères conditionne-t-elle les choix des traducteurs ? En quoi l’étude de l’histoire des traductions d’une œuvre, ou de sa réception par un public étranger, peut-elle aider à clarifier les dynamiques d’un transfert littéraire ?

Les communications, de 20 minutes, pourront prendre la forme de questionnements méthodologiques ou théoriques sur les problématiques des études de traduction, réception et transferts littéraires, ou d’études de cas spécifiques. Il s’agira ainsi de faire un état des lieux des outils méthodologiques mis en place par les chercheurs dans ce domaine.

Plusieurs thématiques pourront être abordées (liste non exhaustive) :

  • L’influence de la réception critique des œuvres étrangères dans le processus de traduction et retraduction ;
  • Le rôle des traducteurs dans la réception et le transfert des littératures étrangères ;
  • Le cas particulier de la traduction et de la réception de la critique littéraire étrangère et les enjeux produits par ces phénomènes dans le champ d’accueil ;
  • Les critiques-traducteurs et leur rôle double dans le transfert d’œuvres étrangères ;
  • La réception des œuvres traduites.

 

Les propositions de communication (maximum 300 mots) sont à envoyer d’ici le 31 mars 2017 avec les coordonnés des intervenants et une notice biographique, à Stefania Caristia et Bernard Evans, responsables du séminaire « Traduction, réception, transferts » du laboratoire junior du CRLC (EA 4510) de Paris-Sorbonne.

 

Contacts : stefania.caristia@gmail.com ; thuptenlungrik@yahoo.com

 

Bibliographie :

 

BERMAN, Antoine : L’épreuve de l’étranger. Culture et traduction dans l’Allemagne romantique, Paris, Gallimard, 1984.

BERMAN, Antoine : Pour une critique des traductions : John Donne, Paris, Gallimard, 1995.

CASANOVA, Pascale : « Consécration et accumulation de capital littéraire. La traduction comme échange inégal », in Actes de la recherche en sciences sociales, n. 144, septembre 2002, p. 7-20.

ESPAGNE, Michel : « Quelques aspects actuels de la recherche sur les transferts culturels », in Lucile ARNOUX-FARNOUX et Anne-Rachel HERMETET (dir.), Questions de réception, Paris, SFLGC, « Poétiques comparatistes », 2009, p. 163-190.

EVEN-ZOHAR, Itamar : « The position of translated literature within the literary polysystem » [1978], in Poetics today, a. 11, n. 1, 1990, p. 45-51.

RISTERUCCI-ROUDNICKY, Danielle : Introduction à l’analyse des œuvres traduites, Paris, Armand Colin 2008.

SAPIRO, Gisèle (dir.) : Translatio. Le marché de la traduction en France à l’heure de la mondialisation, Paris, CNRS éd., 2008.

WILFERT-PORTAL, Blaise : « Cosmopolis et l’homme invisible. Les importateurs de littérature étrangère en France, 1885-1914 », in Actes de la recherche en sciences sociales, n. 144, septembre 2002, p. 33-46.

Présentation du séminaire

Ces dernières années, les études comparatistes sur la traduction, la réception des littératures étrangères et les transferts littéraires ont connu un véritable essor, enrichies par les contributions de disciplines telles que la traductologie, la sociologie de la littérature, l’histoire culturelle. Ce séminaire vise à interroger ces phénomènes d’un point de vue comparatiste, afin de réfléchir aux différents enjeux de la recherche dans ce domaine, ainsi qu’aux apports d’autres disciplines.

Il s’agira de questionner les phénomènes de la traduction et de la réception dans leurs particularités. Mais nous tenterons aussi d’examiner les manières dont ils s’influencent réciproquement : la pratique de la traduction et de la retraduction d’œuvres littéraires révèle des évolutions (ou des invariables) dans l’histoire de leur réception critique ? La réception critique d’œuvres étrangères conditionne les choix des traducteurs ? En quoi l’étude de l’histoire des traductions d’une œuvre, ou de sa réception par un public étranger, peut aider à clarifier les dynamiques d’un transfert littéraire ?

Nous nous proposons d’aborder ces thématiques par l’étude de cas particuliers présentés par les intervenants, pouvant soulever une variété de questionnements autour des pratiques de traduction et de réception littéraires. Le séminaire abordera aussi des questions théoriques et méthodologiques, de façon à évaluer leur pertinence dans les recherches portant sur des époques et des aires linguistico-culturelles différentes. Nous encourageons donc une diversité d’approches théoriques et de perspectives interdisciplinaires.

Le séminaire est ouvert à tous les doctorants et post-doctorants. C’est un lieu d’échanges permettant de discuter des problématiques de recherche ainsi que de proposer de nouvelles perspectives dans le champ des études de traduction et de réception. Nous souhaitons donc promouvoir la participation de chercheurs spécialistes dans les domaines linguistiques les plus disparates et de doctorants d’autres disciplines, intéressés aux thématiques du transfert, de la traduction et de la réception littéraires.

Le séminaire se déroulera mensuellement. Chaque séance comportera une introduction, une intervention (20-30 minutes) portant sur une thématique donnée, et une discussion autour des problématiques soulevées.

En conclusion du séminaire, une journée d’étude est prévue le 8 juin 2017.

 

Responsables : Stefania Caristia, Bernard Evans

Contacts : stefania.caristia@gmail.com ; thuptenlungrik@yahoo.com