Journée d’étude jeunes chercheurs

Appel à communications :

« Littérature et philosophie, enjeux et limites d’un rapport de force »

Journée d’étude jeunes chercheurs organisée dans le cadre du laboratoire « Horizons comparatistes » et du Centre de Recherche en Littérature comparée (Université Paris-Sorbonne)

Vendredi 3 juin 2016

Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006 Paris

 

« Les relations entre littérature et philosophie sont, pour une bonne part, des rapports de force qui fonctionnent selon l’ordre de la hiérarchie des disciplines[1] ».

Pour la critique, cette hiérarchie prend la forme d’une domination du discours philosophique, qui le plus souvent annexe la littérature pour l’assujettir à la production d’un savoir. La valeur et la légitimité de la littérature sont ainsi fondées sur ses seules prétentions heuristiques et les spécificités de son discours s’avèrent occultées. Reste à se demander comment cette hiérarchie dégagée par la critique se trouve réfléchie dans l’espace du texte littéraire. La littérature accuse-t-elle ce rapport de force ? Le remet-elle en question pour renouer le dialogue avec la philosophie ? Le renverse-t-elle à son profit pour affirmer son autorité ?

La tension qui caractérise les rapports entre littérature et philosophie est historiquement déterminée. Elle n’est envisageable que si l’on pense ces deux discours selon un partage disciplinaire réalisé progressivement à partir du XIXesiècle[2]. Toutefois, littérature et philosophie entretiennent dès avant cette période des liens complexes. Ainsi, leur séparation en deux disciplines distinctes au cours de la seconde moitié du XIXe siècle ne peut constituer le point de départ de l’étude de ces rapports de force. Durcissant le débat humaniste sur la confrontation entre rhétorique et philosophie, l’esthétique classique a proposé une nouvelle définition de l’œuvre littéraire qui, quoique clairement énoncée, ne fut pas sans ambiguïtés dans la pratique textuelle (qu’on pense notamment aux pensées ou aux maximes qui mobilisent la figure du moraliste contre celle du philosophe). Du XVIIe siècle à nos jours, on cherchera à appréhender l’évolution de ces rapports de force entre littérature et philosophie en interrogeant l’influence exercée sur eux par le contexte historique et culturel.

Le texte littéraire entretient avec le discours philosophique un rapport ambigu placé sous le signe d’une mise en concurrence : il lui emprunte son vocabulaire, ses images, ses références, jusqu’à définir sa propre sagesse sur le mode de l’analogie avec la philosophie, convoquant la notion de « philosophie littéraire[3] ». Mais par les moyens qui lui sont propres (dialogisme, recours à l’imaginaire, multiplication des registres), le texte littéraire revendique son altérité par rapport au discours philosophique, et cette originalité radicale peut prendre la forme d’une opposition catégorique. En privilégiant une pensée oblique (par l’ironie, ou le symbole par exemple), le texte littéraire se propose d’explorer les marges de la démonstration des sciences humaines, et devient un exercice de l’écart chargé de dévoiler un contenu négligé par la réflexion théorique, de révéler un « impensé de la philosophie[4] ». On se proposera d’étudier les enjeux et les limites de la rivalité entre littérature et philosophie pour dégager ses implications esthétiques dans l’espace du texte littéraire. La convocation de la philosophie dans et par la littérature : mise en débat d’un modèle théorique ou mise en scène critique ?

Cette réflexion pourra prendre les directions suivantes, et interroger :

  • L’appropriation littéraire du discours philosophique : on examinera la légitimation de la littérature dans les textes théoriques par l’utilisation d’un lexique spécifique ou l’emprunt de références ou de citations philosophiques. Quelles sont les modalités de cette convocation ? Comment le texte littéraire présente-il cette hétérénomie discursive ? L’appropriation conduit-elle à une contamination des deux types de discours ?
  • La représentation de la philosophie dans la fiction : favorise-t-elle un dialogue entre discours littéraire et discours philosophique? La philosophie fait-elle l’objet d’un traitement ironique et critique conduisant à un renversement de la hiérarchie établie au profit de la littérature ?
  • La construction de la figure de l’auteur en ce qu’elle serait en concurrence avec la figure du philosophe : l’auteur se donne-t-il à voir comme une nouvelle figure de philosophe ? Comme un penseur à l’opposé du philosophe ?
  • Le discours des philosophes sur la littérature : on insistera notamment sur les exercices d’exégèse des textes littéraires proposés dans les écrits philosophiques en insistant sur la question de la nécessité d’une herméneutique de l’œuvre littéraire.

Les propositions de communication (maximum 250 mots) sont à envoyer au plus tard le vendredi 1er avril, accompagnées de vos coordonnées et d’une courte biographie, à Katia Ouriachi et Florence Schnebelen, responsables du laboratoire junior « littérature et philosophie » du CRLC (EA 4510).

Contacts :

Florence Schnebelen florence.schnebelen@gmail.com

Katia Ouriachi : ouriachi.katia@gmail.com

Appel à communications : journée d’études « Histoire et voix »

Appel à communications
Journée d’études « Histoire et voix » : samedi 21 mai 2016
Laboratoire junior « Horizons comparatistes » / Centre de Recherche en Littérature Comparée Université Paris-Sorbonne
Maison de la Recherche – 28, rue Serpente, Paris 6e.

Histoire et voix : personnages et personae porteurs d’histoire(s) (XXe et XXIe siècles).

L’enjeu de cette journée d’étude sera de mener une réflexion double qui portera sur la notion d’histoire et sur celle de voix lorsqu’elles entrent en jeu dans un contexte de représentation littéraire ou artistique. Nous souhaitons nous inscrire dans le cadre de la réflexion sur l’écriture de l’histoire dans les littératures du XXe et XXIe siècles, en posant plus précisément la question de la voix qui transmet, narre, chante ou dénonce le « cauchemar de l’histoire », c’est-à-dire en étudiant, dans sa dimension poétique et performative, la construction des narrateurs, personnages ou personae qui sont porteurs d’histoire(s), et les nouvelles représentations de l’histoire qu’ils suscitent. Nous envisageons de nous pencher non seulement sur la fiction romanesque et sur la représentation théâtrale, mais aussi sur la poésie et sur la construction du sujet poétique qui se confronte à l’histoire, c’est pourquoi nous étendons les catégories romanesques de narrateur/personnage à celle de persona comme sujet poétique. La réflexion sera donc transgénérique, portant en littérature non seulement sur le roman mais aussi sur la poésie et le théâtre, et inclura également d’autres arts, en particulier le cinéma et la bande dessinée, où la narration est étayée par l’image. Nous nous intéresserons surtout, mais pas exclusivement, aux corpus caribéens, maghrébins et africains, où la question de la voix se pose de manière particulièrement féconde étant donné la prégnance de la transmission orale comme discours concomitant, et éventuellement concurrent, face à l’historiographie coloniale et post-coloniale.

L’histoire peut tout d’abord être comprise au sens large comme l’ensemble des événements passés, sans que l’on se limite à ceux du XXe siècle. Le terme est certes à prendre en compte dans sa dimension politique, mais peut renvoyer à des situations sociales et culturelles. Toutefois, n’est histoire que ce qui est mis en mots, organisé et transmis par l’autorité d’une voix. Si l’on pense en premier lieu à celle de l’historien, néanmoins la littérature et les arts du XXe et du XXIe siècles ont porté au jour des voix multiples qui contribuent à proposer également une lecture du passé historique. Ce développement peut être lu en parallèle avec une évolution de la discipline historique au cours du XXe siècle. On trouve dans de nombreux travaux historiographiques une réflexion féconde sur l’écriture de l’histoire, et plus spécifiquement sur la question de la subjectivité de l’historien et sur l’importance des histoires individuelles, qui apportent un nouvel éclairage aux études sur les relations entre le récit historique et le récit de fiction : dès lors les théoriciens de la littérature insistent sur la légitimité des œuvres littéraires à représenter et à problématiser le passé. Dans La transcription de l’histoire. Essai sur le roman européen de la fin du XXe siècle, Emmanuel Bouju montre comment le roman utilise régulièrement les ressources de la fiction pour mettre en place un jeu de voix qui contribue à « une pratique littéraire de l’histoire » , et qui renouvelle la représentation du passé historique en lui conférant une dimension plus intime. Nous souhaiterions étendre cette réflexion à d’autres terrains que le roman.

La voix doit être considérée selon plusieurs approches, étroitement liées à la représentation textuelle de l’oralité. Si nous ne limitons pas sa définition au concept narratologique, il nous paraît cependant essentiel d’interroger le statut et la position des narrateurs, personnages ou personae prenant en charge le récit des événements à l’intérieur du texte et du contexte socio-culturel dans lequel ils s’inscrivent, pour dégager la portée de leur voix.
L’attention peut ensuite se concentrer sur la matérialité de la voix, quand elle est représentée dans le texte : y a-t-il une mise en scène, une dramatisation spécifique de la parole retraçant un épisode historique, et dans quelle mesure la matérialité (la texture de la voix, la gestuelle de la figure qui parle) joue-t-elle dans la construction et la transmission de l’histoire ?
La question du destinataire, représenté ou non dans le texte, est également essentielle : s’il y a une transmission à l’intérieur du texte, des dialogues ou des échos entre plusieurs voix, comment s’organise cette circulation des voix dans le texte et quel est son effet sur la construction d’une ou de plusieurs versions de l’histoire ? Comment s’articule la tension entre le dit et l’écrit, et comment l’oralité recomposée permet-elle de problématiser la représentation historique ? Et dans un mouvement inverse et complémentaire, si les faits historiques nourrissent les littératures du XXe et du XXIe siècles, dans quelle mesure déstabilisent-ils l’écriture et les genres littéraires, et complexifient-ils l’émergence d’une voix pour les dire ? Lorsque ces voix se donnent pour objectif de rompre les silences, par quel tour de force esthétique imposent-elles leur présence ? Puisque toute écriture de l’histoire implique une sélection des faits et un point de vue organisateur, quel nouveau rapport établissent-elles entre ce qui doit être dit et ce qui sera tu ? Il conviendra d’examiner les dimensions éthiques et politiques du texte qui découlent de la construction et de l’articulation des voix au sein des œuvres.

Les propositions de communication de 300 mots maximum, rédigées en français, en anglais ou en espagnol, accompagnées d’une brève biobibliographie, sont à envoyer au plus tard le 29 février à Marion Labourey ( marionlabourey@gmail.com ) et Cécile Chapon ( cilchapon@gmail.com ).