Présentation du groupe de recherche

De la philosophie à la littérature, et vice-versa : transferts conceptuels

Ce séminaire doctoral, ouvert à tous, vise à réfléchir aux nouveaux enjeux et objets de la recherche en littérature et philosophie. Il s’agira d’analyser les transferts conceptuels réciproques entre ces deux disciplines.

Nous tenterons de saisir ce qui se joue dans le déplacement d’un concept d’un domaine de savoir à un autre : de la philosophie vers la littérature (l’assimilation de la philosophie par la critique littéraire mais aussi la mise en fiction expérimentale de concepts et questions) et réciproquement (l’appropriation par la philosophie française de concepts issus de la linguistique ou de la narratologie comme la conceptualisation et l’exploration d’idées ou de métaphores importées de la fiction).

Il s’agira ainsi d’étudier les enjeux de l’interdisciplinarité, telle qu’elle peut être comprise par les auteurs dont les travaux embrassent ces deux domaines. La structuration des disciplines universitaires au cours des XIXe et XXe siècles[1] a pu mener à une séparation parfois arbitraire de celles-ci[2]. Cette séparation tend à être remise en question par les discours critiques ou les pratiques de création littéraire : certains vont jusqu’à assimiler la philosophie à une forme d’écriture parmi d’autres, ou la littérature à des formes d’expériences de pensée.

Nous nous proposons d’interroger les modalités précises d’échanges entre littérature et philosophie qu’implique le transfert de concepts, dont on fera le pari qu’il fonctionne dans les deux sens.

Nous aborderons en particulier les questions suivantes :

  1. Les concepts philosophiques comme approche critique en littérature :

La critique littéraire s’est toujours nourrie de l’intégration de concepts exogènes, qu’elle modifie en retour. L’apport de la philosophie esthétique, d’Aristote à Kant, mais aussi de la métaphysique a été au moins aussi déterminant pour la critique littéraire que la linguistique ou l’histoire.

  1. La mise en fiction de concepts philosophiques :

Les textes littéraires ne cessent d’intégrer les théories philosophiques, sous la forme de citations, de références intertextuelles implicites, ou en mettant en scène un personnage de philosophe. Ils éprouvent par là même leur propre rapport à la connaissance. Ces textes interrogent autant les frontières entre littérature et philosophie que la capacité de la littérature à produire un savoir qui lui soit propre. Ce mode de connaissance propre à la littérature a récemment fait l’objet de nombreuses recherches[3].

  1. L’importation par la philosophie de concepts de la critique littéraire

De l’usage fait par Ricœur de la narratologie aux analyses de Vincent Descombes, en passant par Derrida ou Deleuze, la philosophie moderne est une philosophie du langage, par le langage, qui a fortement incorporé des concepts d’abord travaillés par la critique littéraire et même, dans sa tradition analytique, des méthodes littéraires d’analyse du discours.

  1. La conceptualisation philosophique de la fiction

Qu’il s’agisse de réfléchir sur des exemples de science-fiction ou d’explorer certaines métaphores ou situations, la philosophie s’alimente d’exemples, de cas, de problèmes posés par la littérature qui deviennent autant de paradoxes philosophiques ou de situations emblématiques réélaborées. Les philosophes lecteurs de textes littéraires ne sont pas rares : Deleuze[4] commente l’œuvre de Proust, Jankélévitch propose une lecture critique de Guerre et Paix[5]. Qu’il s’agisse d’emprunter à Borges ou à Robert Musil, la philosophie pense par la littérature en en conceptualisant thèmes et intrigues.

Le laboratoire se réunira une fois par mois. Les séances prendront la forme libre d’une discussion autour de lectures et d’exposés proposés par des doctorants, mais aussi par des auteurs et des chercheurs qui se confrontent à ces questions. Le programme des séances sera publié très prochainement.

N’hésitez pas à nous rejoindre : les séances du laboratoire sont ouvertes au public, spécialiste et non spécialiste, quel que soit le domaine d’étude.

 

 

[1] Sur l’histoire de l’autonomisation des discours de savoirs, voir notamment : Philippe Sabot, Philosophie et littératureApproches et enjeux d’une question, Paris, PUF, 2002.

[2] Voir « Connaître la littérature/connaître avec la littérature. Entretien Claude Amey, Pierre Macherey » dans Le texte et son dehors. Autour de la littérature et de son esthétique, Futur antérieur, Supplément, 1992, p. 159-167.

[3] Voir notamment Pascal Engel, « Trois conceptions de la connaissance littéraire : cognitive, affective, pratique » Philosophiques, vol. 40, n° 1, 2013, p. 121-138 et Laurent Demanze, Fictions encyclopédiques, de Gustave Flaubert à Pierre Senges, Paris, Corti, 2015, 352p.

[4] Gilles Deleuze, Proust et les Signes, Paris, Presses Universitaires de France, 1964, 91p.

[5] Vladimir Jankélévitch, « Tolstoï et l’immédiat » (1950), dans : Françoise Schwab, Vladimir Jankélévitch, Sources, Paris, Seuil, 1984, p. 11 à 22.

 

Responsables de l’axe : Katia Ouriachi – ouriachi.katia@gmail.com ; Marie-Hélène Goursolas mhelene.goursolas@gmail.com

Une réflexion au sujet de « Présentation du groupe de recherche »

  1. Ping : Séminaire doctoral 2016-2017 | Horizons comparatistes

Laisser un commentaire