Calendrier 2018-2019

Calendrier du labo junior du CRLC 2018-2019

Les séances de cette année prendront trois formes : celles avec des intervenants invités, les les “carte blanche”, et celles organisées entre doctorants (et jeunes docteurs) du labo autour d’un thème précis. Les séances où l’adresse mail de l’organisateur est indiquée sont ouvertes aux participants qui souhaiteraient présenter une communication en lien avec le thème.

Toutes les séances ont lieu à la Maison de la recherche (28 rue Serpente), sauf indication contraire.

Pour toute question, vous pouvez contacter les responsables de la séance si leur adresse est indiquée, ou Marco Doudin (marcodoudin@gmail.com) et Clément Scotto di Clemente (clement.scottodiclemente@gmail.com).

19 novembre, salle 223

Séance “carte blanche”

  • Anna Paola Bellini : les dessins produits par les artistes déportés pendant leur détention dans les camps nazis (1933-1945).
  • Gabrielle Bonnet : La double conscience dans la littérature afropéenne.
  • Hélène Bages : Appropriation de l’image et des textes de Voltaire par les orateurs révolutionnaires de 1791 à 1794.

14 décembre, S 002 (16h-18h)

Séminaire Orient/Occident, organisé par Manel Bel Haj Ali :

Ons Trabelsi

Les traductions et adaptations de Molière en Égypte, Liban et Tunisie.

14 janvier, S 001 (16h-18h)

Séminaire Orient/Occident, organisé par Manel Bel Haj Ali :

Abderaouf Ouertani, doctorant en anthropologie sociale, EHESS

L’occidentalisation du Oud : un instrument emblématique de l’Orient.

15 janvier

“En  Pologne, c’est-à-dire nulle part” (A. Jarry, Ubu Roi) : la Pologne et les Polonais dans la culture européenne à l’époque des partages (1795-1918). 
Journée d’études organisée par Ilona Bala, Anna Hanotte-Zawislak, et Bernard Evans.
Elle se déroulera le 15 janvier en Sorbonne, 54 rue Saint-Jacques
9h15-12h45 Salle des Actes, 14h-17h Salle D665 (Cour Cujas).

21 Février, S 002 (18h-20h)

L’antithèse psychologique dans la littérature

Randa Hobbi (randahobbi@gmail.com)

La séance proposera d’analyser deux discours, littéraire et psychanalytique, à la lumière des signes et des symboles langagiers qui sillonnent le texte littéraire. L’interprétation de ces signes met en évidence des contrastes porteurs de sens. Dans l’optique de dégager les enjeux des différents aspects psychologiques dans la littérature, il conviendra de faire se juxtaposer les éléments contradictoires menés par des inspirations fondées sur des réflexions psychologiques et qui dépassent le cadre d’une simple réalité abstraite.
    L’analyse pourrait aborder les points suivants (liste non exhaustive)
    – Le « soi » et la société, le désir et ses limites.
    – le conflit de l’individu entre l’idéalisme et le matérialisme
    – le texte entre l’aspect a-historique (psychologique) et historique.
    – le texte créé et le texte interprété.

18 Mars, S 002 (18h-20h)

Séance “carte blanche”

Présentations libres des doctorants

  • Alyona Chumak : Le dualisme “homme/ animal” dans la pensée morale de Fin-de-siècle en France, Angleterre et Russie.
  • Greta Lansen : Le roman sentimental au XIXe siècle : marginalisation et transformation en France et dans l’espace germanophone
  • Raouia Amrani : “Comparaison n’est pas raison”

15 Avril, S 002 (18h-20h)

Fonction cognitive du langage et esthétique littéraire

Hyun-Jee Agnès Cho

Hyun-Jee Cho : « Métaphore et temporalité – la prière dans les romans de Bernanos et de Mauriac. »

Katia Ouriachi : « Enquêtes philosophiques: le roman policier comme démarche d’élucidation du monde. »

« Si le roman policier plaît, c’est qu’il représente une histoire de conjecture à l’état pur. […] Au fond, la question de base de la philosophie (comme de la psychanalyse) est la même que celle du roman policier : à qui la faute ? » C’est ainsi qu’Umberto Eco, dans l’apostille au Nom de la Rose, établit un lien de parenté entre roman policier et philosophie. Il construit une analogie entre la quête du coupable et la recherche d’une vérité métaphysique : l’enquête, comme le questionnement philosophique, viserait la découverte d’une vérité qui ne se donnera qu’au prix d’un raisonnement rigoureux, à un détective dont les facultés de juger seront mises à l’épreuve. Dans nombre de romans policiers contemporains, ce lien de parenté est pleinement exploité. Nous pouvons ainsi remarquer qu’une importante série de récits policiers contemporains met en scène d’illustres philosophes, qui apportent leur concours à la résolution d’une enquête judiciaire. Mais que devient la philosophie lorsqu’elle est utilisée comme outil de réflexion au service d’une énigme judiciaire fictive ? Simple jeu de logique ou véritable réflexion métaphysique ? À travers la mise en scène des figures de philosophes, le roman policier représente l’enquête comme une démarche d’élucidation dépassant le cadre judiciaire pour devenir un modèle d’interprétation du monde et des grandes questions théoriques que soulève le crime. Mais la figure du philosophe permet aussi de subvertir le modèle du roman à énigme qui repose sur la rationalité toute puissante, dans la mesure où le philosophe peut questionner la démarche logique attendue de l’enquêteur.

Shiau-Ting Hung : « Métaphore et identité – lectures féministes et queer de la fiction »

– Que faire, entre littérature et études de genre, pour développer des lectures féministes et queer à la fois de la fiction et des théories littéraires ?

– Comment la théorie et la fiction féministe déplacent-elles les conventions littéraires afin d’inscrire dans l’écriture l’agency des femmes et/ou l’identité queer ? 

-Quelles stratégies adoptent-elles afin de s’adresser non plus au “lecteur” mais aux lecteurs et lectrices ; afin de verbaliser différentes formes d’oppression ; afin d’examiner l’articulation de l’identité au sein de (con)textes ?

20 Mai, S 002 (18h-20h)

Poétiques de la désaliénation : Afriques – Amériques- Océan Indien

Caroline Soukaï

Cette séance se déclinera autour des littératures initiées à partir de trois sphères géographiques – Afriques, Amériques, Océan indien –  dans des contextes marqués du sceau de la perte et/ou de la violence.

De l’esclavage et la colonisation à la révolution et la post-indépendance, des dictatures sud-américaines à la migration, elle interrogera ainsi l’écriture en tant que voie d’accès au réel empêché ou en question, en urgence ou en instance d’affranchissement. Dès lors, face aux Histoires, les textes “arment une durée nouvelle”, selon les termes d’Édouard Glissant, et se font porteurs de poétiques engendrant le dépassement et le décloisonnement, l’interrogation et l’assomption d’une désaliénation en cours, ou à venir, des identités, des chronotopes, des corps, des mémoires, de la création en définitive.

Gabrielle Bonnet :  “La double conscience dans la littérature afropéenne”

Marjorie Jung : “Frantz Fanon : la thérapie sociale par le texte “

Céline Richard : “S’affranchir par l’écriture : désaliénation et liberté dans des témoignages chiliens et argentins contemporains”

Caroline Soukaï : ” De la tératogenèse : pour une désaliénation des corps (Caraïbes-Océan indien)”

17 Juin, S 001 (18h-20h)

Perspectives comparatistes sur la notion d’engagement littéraire : formes et définitions contemporaines

Aurore Turbiau (aurore.turbiau@gmail.com)

Aurore Turbiau : “La notion d’engagement littéraire : parcours français et horizons comparatistes”.

Je retracerai dans les grandes lignes l’élaboration de la notion, son évolution, la manière dont elle est historiquement située ; le but sera d’ouvrir à la réflexion sur la manière dont on peut l’utiliser pour d’autres aires culturelles ou historiques.

Raouia Amrani : “Les dissidences chez Goytisolo”.

Étude de la seconde partie de l’œuvre de Goytisolo, entré en dissidence par rapport à la société espagnole et à la culture européenne et soutien indéfectible de la cause musulmane ; homosexuel, anarchiste, écrivain d’inspiration genetienne.

Céline Richard : “Regards croisés France-Brésil : l’engagement littéraire contre le terrorisme d’État au Brésil”.

Comparaison de la notion sartrienne avec la littérature post-dictatoriale au Brésil. Les écrivains brésiliens et leurs personnages prennent la plume parce qu’ils sont en proie à une condition humaine insoutenable. Certains écrivent pour ne pas sombrer dans la folie, voire le disent. D’autres militent contre les mensonges, le silence contraint et l’oubli programmé notamment des « disparus ». En un sens, écrire n’est pas un choix. S’ils y renoncent, ils se brisent plus encore.

28-29 juin : Colloque jeunes chercheurs “Légitimité et illégitimité de la littérature et du théâtre. Qui a le droit d’écrire quoi ? Qui a le droit de montrer quoi ?”

Sorbonne Université – Sorbonne Nouvelle
Organisateurs : Jean-Christophe Corrado, Esther Demoulin, Alice Desquilbet, Marco Doudin, Agathe Giraud, Charlotte Laure, Clément Thiebault Scotto Di Clemente, Marie Vigy


Vendredi 28 juin : Maison de la recherche de Sorbonne Université, salle D040 (28, rue Serpente, 75006 Paris)
Samedi 29 juin : Maison de la recherche de Sorbonne Nouvelle, salle Athéna (4, rue des Irlandais, 75005 Paris)